Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Droit au logement opposable
Le bailleur doit informer le bénéficiaire des conséquences du refus d’une offre

25/11/2015

Les personnes reconnues prioritaires au titre du droit au logement opposable (Dalo) doivent être informées, dans l’offre de logement qui leur est faite, des conséquences du refus de cette offre (à savoir la perte du caractère prioritaire de leur demande), faute de quoi l’Etat ne peut être délié de son obligation de résultat de logement ou de relogement.

Un rappel de la règlementation vient d’être effectué par le Conseil d’Etat, dans un arrêt du 4 novembre 2015, concernant la procédure d’attribution d’un logement aux bénéficiaires du droit au logement opposable (Dalo). Retour sur les faits.

Perte du caractère prioritaire

Reconnu prioritaire en février 2011 par la commission de médiation, un bénéficiaire du Dalo s’était vu proposer en mai 2012, à la suite d’une injonction sous astreinte du tribunal administratif, un logement conforme à ses besoins. Il avait cependant rejeté l’offre et formulé deux demandes au juge : d’une part, de liquider l’astreinte, puisque le logement lui avait été proposé un peu plus de 7 mois après le délai fixé, et, d’autre part, d’ordonner de nouveau à l’administration de lui proposer un logement.

Une demande rejetée par le tribunal administratif aux motifs que « le refus qu’il avait opposé, ne reposant pas sur des motifs impérieux, lui faisait perdre le bénéfice de la reconnaissance du caractère prioritaire de sa demande ». Et que, de ce fait, l’administration se trouvait déliée de son obligation de résultat.

Information sur les conséquences du refus

Le Conseil d’Etat a cependant annulé cette décision, jugeant que le tribunal administratif avait commis une « erreur de droit » en écartant l’argumentation du requérant qui faisait valoir que l’offre de logement qui lui avait été faite ne comportait pas l’information requise par la règlementation. L’article R. 441-16-3 du code de la construction et de l’habitation prévoit en effet que le bailleur auquel le demandeur est désigné doit « attirer son attention », dans la proposition de l’offre qu’il lui adresse, sur le fait qu’ « en cas de refus d'une offre de logement tenant compte de ses besoins et capacités il risque de perdre le bénéfice de la décision de la commission de médiation […] ».
Pour la Haute juridiction, l’administration était ainsi tenue d'établir que cette information avait été délivrée au bénéficiaire du Dalo, faute de quoi le juge ne pouvait la déclarer déliée de son obligation de lui trouver un logement.
Sur la question de l’astreinte en revanche, le conseil d’Etat a estimé qu’ « il n’y [avait] pas lieu de [la] liquider ».

Source : arrêt n° 374241 du Conseil d'Etat du 4 novembre 2015

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 190 - septembre 2020
Managers du public. Donneurs de sens
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
CAPS

Directeur de Pôle Travail Adapté et Insertion H/F

Cabinet Kiwi Conseil

Directeur Adjoint Pôle Insertion Professionnelle (H/F)

AMLI

CHEF D'ETABLISSEMENT (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.