Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Les ARS appelées à la rescousse dans le cadre de la lutte contre la radicalisation

05/02/2016

Un cadre d'intervention est proposé aux agences régionales de santé (ARS) pour lutter contre les phénomènes de radicalisation. Le ministère en charge des affaires sociales préconise notamment, dans une instruction du 8 janvier, la nomination d'un référent régional en charge de ces questions.

Les agences régionales de santé (ARS) doivent désormais coopérer avec l'ensemble des services de l'État pour renforcer la prévention des phénomènes de radicalisation. Une instruction datée du 8 janvier 2016 émanant du ministère en charge des affaires sociales précise en effet que "cette action concerne le ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, ses opérateurs ainsi que les professionnels des secteurs sanitaire et médico-social". Ce texte définit le cadre d'intervention des ARS et leur rôle pour soutenir l'action des préfets. Avec toujours comme principes le respect de la déontologie et l'indépendance des professionnels. L'instruction rappelle en annexe quelles sont les caractéristiques de la radicalisation : un processus progressif, une adhésion à une idéologie extrémiste et l'adoption de la violence. En outre, elle propose, à toutes fins utiles, dans un tableau de synthèse, le référentiel interministériel des indicateurs du basculement dans la radicalisation.

Rôle éminemment informatif des ARS

Les ARS ont essentiellement un rôle d'information. Elles doivent ainsi sensibiliser et informer les professionnels et les établissements sur le rôle qu'ils pourraient être amenés à jouer dans la prise en charge médicale ou le soutien psychologique des individus radicalisés, sur leurs droits et obligations concernant le respect du secret médical et ses dérogations. Elles doivent également informer les services préfectoraux des dispositifs et professionnels sanitaires et médico-sociaux susceptibles d’être sollicités et aussi relayer les besoins de formation.

Référent régional radicalisation

Les ARS sont appelées à désigner, dans les meilleurs délais, un "référent régional radicalisation" qui les aidera à assurer leurs missions. Ce référent constituera une cartographie des ressources régionales volontaires pour prendre en charge les jeunes ou leurs familles. Cette cartographie comprendra des "ressources médicales et paramédicales généralistes et spécialisées, des psychologues cliniciens et des établissements médico-sociaux si nécessaire". L'instruction précise que toutes les compétences seront recherchées. Le référent pourra notamment mobiliser et sensibiliser les acteurs et professionnels de la psychiatrie infanto-juvénile notamment en ville, au sein des maisons des adolescents, des points accueil écoute jeunes et des centres médico-psychologiques (CMP).

Source : instruction du 8 janvier 2016

Véronique de La Touanne






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 182 - janvier 2020
Dossier. Chefs de service : la fonction s'étoffe
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APPRENTIS D'AUTEUIL - MECS JACQUES LAVAL

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

ESPOIR CFDJ

DIRECTEURS D'ETABLISSEMENTS (H/F)

VAL de MARNE Le département

Chef de service éducatif (H/F)

VAL de MARNE Le département

RESPONSABLE SOCIAL TERRITORIAL H/F

MLEZI MAORE

DIRECTEUR.RICE GÉNÉRAL.E ADJOINT.E H/F


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

Nous vous donnons rendez-vous en mai pour candidater à l'édition 2020 du Trophée !

 La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] s'est tenue le 27 novembre 2019. 

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018