Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Aide à domicile
Le temps de trajet entre deux interventions constitue du temps de travail effectif

16/09/2014

Une société d’aide à domicile a été reconnue coupable de travail dissimulé par la chambre criminelle de la Cour de cassation pour ne pas avoir comptabilisé les heures de trajet, entre les domiciles des différents clients, dans le temps de travail effectif des salariés.

Dans un arrêt du 2 septembre 2014, la chambre criminelle de la Cour de cassation confirme le raisonnement de la cour d’appel de Paris concernant la durée du travail des salariés d’une société d’aide à domicile : « le temps de déplacement professionnel entre le domicile d’un client et celui d’un autre client, au cours d’une même journée, constitue un temps de travail effectif et non un temps de pause […] ».

La haute juridiction rejette ainsi l’argument de la société qui soutenait que la plage de temps entre deux interventions ne pouvait correspondre à du temps de travail puisque, contrairement à ce qu’exige le code du travail, les salariés n’[avaient] aucun compte à rendre et ne se trouv[aient] pas à la disposition de leur employeur ». Les rendez-vous chez les différents clients, « espacés de plusieurs heures », leur permettant de « s’affranchir […] des instructions » et de « vaquer à [leurs] occupations personnelles.

Les juges relèvent cependant que, d’après un rapport de l’inspection du travail, les plannings des aides à domicile montraient, « sauf exception », que « les interventions entre les clients se succédaient tout au long de la journée de travail avec un intervalle d’environ une demi-heure ou une heure entre chaque intervention ». Et que la marge de liberté laissée aux salariés ne leur « permett[aient] pas de se soustraire, durant le trajet, à l’emprise de l’employeur responsable de l’organisation de leur emploi du temps […] ».

Ainsi, la non-prise en compte, sur les plannings mensuels, des heures passées par le salarié à se déplacer au domicile d’un client à l’autre, et « le refus persistant, malgré deux courriers de l’administration [du travail] », de la société d’aide à domicile de régulariser la situation, sont bien constitutifs, pour la Cour de cassation, d’un délit de travail dissimulé. La société et son gérant sont ainsi condamnés respectivement à une amende de 20 000 et 3 000 euros.

L’arrêt précise par ailleurs que l’article L. 3121-4 du code du travail, qui dispose que « le temps de déplacement professionnel pour se rendre sur le lieu d'exécution du contrat de travail n'est pas un temps de travail effectif », n’est pas applicable à l’espèce. Signifiant, de ce fait, que cette disposition ne vise que les trajets effectués entre le domicile et le lieu de travail et ne peut s’appliquer aux trajets entre différents lieux de travail.

Source : arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation du 2 septembre 2014, n°13-80665

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 200 - septembre 2021
Équipes de direction. Responsables jusqu'où ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

VAL de MARNE Le département

Inspecteur de l'enfance H/F

SIAO 67

Directeur H/F

Groupe SOS Seniors

Directeur Adjoint du Développement et de l'Innovation (H/F)

CDSEA 91

Directeur H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.