Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Ordonnances Macron
Conclure un accord collectif sans délégué syndical, c'est possible !

14/11/2017

Un décret du 10 novembre 2017 fixe les modalités d'approbation, par consultation des salariés, des accords conclus avec des élus ou des salariés mandatés dans les entreprises de 11 salariés et plus dépourvues de représentation syndicale.

La réforme de la négociation collective opérée par les ordonnances Macron se précise à la faveur des textes d'application parfois nécessaires pour sa mise en œuvre. Un décret, applicable depuis le 12 novembre 2017, permet ainsi aux entreprises dépourvues de délégués syndicaux de négocier, conclure et réviser des accords locaux soumis à l'approbation des salariés.

Employeurs visés

La procédure de consultation des salariés, telle que fixée par ce décret, concerne :

Le code du travail, modifié par les ordonnances Macron, subordonne la validité de ces accords (ou avenants de révision) à leur approbation par les salariés à la majorité des suffrages exprimés. Le décret du 10 novembre détaille la marche à suivre.

Quand et comment consulter les salariés ?

La consultation des salariés :

  • est organisée dans un délai de 2 mois à compter de la conclusion de l'accord, à charge pour l'employeur de consulter, au préalable, le(s) représentant(s) élu(s) du personnel ou le(s) salarié(s) mandaté(s) sur ses modalités* ;
  • nécessite leur information par l'employeur sur ces modalités, par tout moyen, au plus tard 15 jours avant la date du vote ;
  • a lieu pendant le temps de travail, au scrutin secret sous enveloppe ou par voie électronique, l'employeur étant responsable de son organisation matérielle.

Le résultat du vote fait l'objet d'un procès-verbal (PV) dont la publicité est assurée dans l'entreprise par tout moyen. Ce PV est annexé à l'accord approuvé lors de son dépôt et doit également être adressé à l'organisation syndicale mandante.

 

* Elles portent sur : les modalités de transmission aux salariés du texte de l'accord ; le lieu, la date et l'heure du scrutin ; l'organisation et le déroulement du vote ; le texte de la question soumise au vote des salariés. A noter par ailleurs qu'en cas de désaccord sur les modalités d'organisation de la consultation fixées par l'employeur, le(s) représentant(s) élu(s) du personnel ou le(s) salarié(s) mandaté(s) peut/peuvent saisir le tribunal d'instance dans un délai de 8 jours à compter de l'information des salariés. Ce, par analogie avec les règles prévues lorsque les modalités d'organisation de la consultation sont fixées par un protocole conclu avec les organisations syndicales.

 

 


Source : décret n° 2017-1551 du 10 novembre 2017, JO du 11 nov.

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 188 - juillet 2020
Environnement. S'engager durablement
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
AHIS Cahors

DIRECTEUR (H/F)

MECS la Renouée

CHEF DE SERVICE (H/F)

CENTRE MEDICO-PSYCHO-PEDAGOGIQUE

DIRECTEUR(TRICE) MEDICAL(E)

Sauvegarde 56

Directeur (trice)

Association Rheso

CADRE DEVELOPPEUR


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.