Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Personnes âgées / personnes handicapées
Renforcement de la lutte contre la maltraitance

13/03/2014

La direction générale de la cohésion sociale incite les agences régionales de santé à faire de la prévention et de la lutte contre la maltraitance une priorité et à renforcer notamment le contrôle des établissements médico-sociaux accueillant des personnes âgées et handicapées. Elle en profite pour indiquer qu’aucune dérogation à la réalisation des évaluations externes dans les délais requis ne devra être accordée.

Une circulaire du 20 février 2014 revient sur le rôle des agences régionales de santé (ARS) et des établissements médico-sociaux pour personnes âgées et handicapées en matière de lutte contre la maltraitance et développe des axes de renforcement des dispositifs existants.

Détection et divulgation

La direction générale de la cohésion sociale (DGCS) se penche en premier lieu sur le renforcement de la détection et du signalement des situations de maltraitance. Elle rappelle qu’ « il est nécessaire que les établissements informent les autorités administratives compétentes […] de tout évènement ayant pour conséquence de menacer ou compromettre la santé, la sécurité ou le bien-être physique ou moral des personnes accueillies ou de perturber l’organisation ou le fonctionnement de l’établissement avec des conséquences néfastes sur la prise en charge des personnes […] ». Elle relève que cette démarche n’est « pas encore systématique » et insiste sur la nécessité de la renforcer et l’étendre à l’ensemble des établissements.

L’administration note, à ce titre, que la future loi d’adaptation de la société au vieillissement rendra obligatoire le signalement en cas de dysfonctionnement dans la gestion de l’établissement affectant la prise en charge des résidents.

Outre l’information des autorités administratives, la DGCS rappelle qu’en cas de situation de maltraitance révélée, la direction de l’établissement doit :

  • informer les familles des victimes et/ou leurs responsables légaux ;
  • soutenir et accompagner les victimes et, le cas échéant, les autres résidents ;
  • prendre des dispositions à l’encontre des personnes mises en cause pour protéger les victimes.

Un référent en matière de lutte contre la maltraitance devra être désigné dans chaque ARS, et aura notamment pour mission de recueillir les réclamations des usagers et les signalements émanant des établissements, et de suivre le contrôle de ces derniers.

L’administration insiste par ailleurs sur la « lisibilité et la connaissance des numéros d ’appels 119 et 3977 », destinés respectivement aux alertes des situations de maltraitance sur enfants et jeunes adultes, et sur personnes âgées et handicapées adultes. Concernant le secteur du handicap, la DGCS déplore que de tels faits soient insuffisamment révélés et demande aux établissements d’assurer la publicité de ces deux numéros.

Contrôle des établissements

Les procédures de contrôle et d’évaluation des établissements devront être renforcées par les ARS et avoir lieu en priorité dans les structures :

  • accueillant les personnes les plus vulnérables ou les plus dépendantes ,
  • n’ayant fait l’objet d’aucun contrôle ou visite sur place depuis 5 ans ,
  • pour lesquelles des réclamations ou des signalements ont été enregistrés ou des facteurs de risque ou des dysfonctionnements identifiés.

« Les inspections diligentées […] doivent être menées de manière inopinée », précise la circulaire. Les suites données par les établissements aux recommandations et injonctions éventuelles devront « particulièrement » retenir l’attention des ARS.

Evaluation et gestion des risques

Les agences doivent également accompagner les structures dans une démarche d’évaluation et de gestion des risques de maltraitance. Elles doivent pour cela s’assurer de la bonne connaissance et de l’appropriation par les établissements des outils de soutien et d’appui à la qualité mis à leur disposition, au premier titre desquels les recommandations et guides de bonnes pratiques de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM).

Les questionnaires d’auto-évaluation des pratiques de bientraitance, diffusées en 2009 et 2010 dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), ont par ailleurs permis de dégager deux axes majeurs d’amélioration, à savoir :

  • renforcer l’individualisation de l’accompagnement,
  • renforcer les pratiques d’évaluation en continu.

Les évaluations externes, auxquelles les établissements créés avant 2002 doivent procéder avant le 1er janvier 2015, permettent également de « repérer des dysfonctionnements susceptibles de compromettre la santé, la sécurité ou le bien-être des résidents ». La DGCS somme les agences de ne pas renouveler tacitement l’autorisation des structures qui n’auront pas procédé à une évaluation dans les délais requis et de n’accorder « aucune dérogation » à cette exigence.

Source : circulaire du 20 février 2014

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 181 - décembre 2019
15e Trophée. L'audace à l'honneur
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association ISATIS

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

UDAF de l'Yonne

CHEF DE SERVICE (H/F)

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF DE SERVICE H/F

FEDERATION APAJH

Directeur ESAT / EA Larmor Plage

Sauvegarde Isère

Chef de Service Socio-éducatif


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] s'est tenue le 27 novembre 2019. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour l'édition 2020 !

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018