Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Enfance
Vaccination obligatoire des enfants : soyez en conformité avec les nouvelles règles

29/01/2018

L'extension à 11 vaccins obligatoires pour les enfants nés à compter du 1er janvier 2018, récemment détaillée par décret, impacte l'admission au sein de certaines structures sociales ou médico-sociales prenant en charge des mineurs ou jeunes majeurs (IME, structures relevant de l'aide sociale à l'enfance, CMPP, CAMSP...).

Comme prévu par la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2018 qui étend, à compter du 1er juin prochain et sauf contre-indication médicale reconnue, l'obligation vaccinale des enfants en la passant de 3 à 11 vaccins*pour ceux nés à compter du 1er janvier 2018, un décret détaille les modalités de mise en œuvre de cette réforme impactant le fonctionnement de certaines structures sociales ou médico-sociales.

En effet, à partir du 1er juin 2018, la présentation du carnet de santé de ces jeunes (ou de tout autre document attestant de la vaccination en conformité avec la réglementation) conditionnera notamment leur admission dans "les établissements mentionnés aux 1°, 2° et 3° du I de l'article L. 312-1 du code de l'action sociale et des familles". A savoir :

  • les établissements ou services prenant en charge habituellement, y compris au titre de la prévention, des mineurs et des majeurs de moins de 21 ans (services relevant de l'ASE, CEF...) ;
  • les établissements ou services d'enseignement qui assurent, à titre principal, une éducation adaptée et un accompagnement social ou médico-social aux mineurs ou jeunes adultes handicapés ou présentant des difficultés d'adaptation (IME, ITEP, IEM, établissements pour enfants ou adolescents polyhandicapés ; instituts pour déficients auditifs ou visuels ; CMPP...) ;
  • les centres d'action médico-sociale précoce (CAMSP).

Lorsqu’une ou plusieurs des vaccinations obligatoires feront défaut, le mineur pourra être provisoirement admis. Son maintien dans la collectivité sera subordonné à la réalisation des vaccinations manquantes pouvant être effectuées dans les trois mois de l’admission provisoire.

 

 

* Il s'agit des vaccins contre la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, le virus de l’hépatite B, les infections invasives à pneumocoque, le méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons, la rubéole. Ils doivent être pratiqués dans les 18 premiers mois de l’enfant.

Source : décret du 25 janvier 2018 (n° 2018-42), JO du 26 janv.

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 187 - juin 2020
Crise sanitaire. Les jours d'après
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ATD QUART MONDE

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE (H/F)

EHPAD RESIDENCE LA MERIDIENNE

CADRE DE SANTE (H/F)

APASE

Responsable des Ressources Humaines H/F

Les Papillons Blancs - ImPro Le Roitelet

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

Fondation PERCE - NEIGE

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec :