CHRS : Les tarifs plafonds s'imposent dès l'exercice 2018 - Veille juridique - Directions.fr
Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

CHRS
Les tarifs plafonds s'imposent dès l'exercice 2018

15/05/2018

Un arrêté du 2 mai fixe, au titre de cette année, les tarifs plafonds applicables aux centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) en fonction des 12 groupes homogènes d'activité et de missions (GHAM) dont ces établissements relèvent.

Malgré l'opposition des professionnels du secteur, portée notamment par la Fédération des acteurs de la solidarité, les tarifs plafonds et la convergence tarifaire associée s'imposent dès à présent aux centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), selon des modalités fixées par un arrêté du 2 mai.

Réforme d'application immédiate

Ces nouvelles règles affectent donc l'exercice budgétaire en cours. Un procédé qui ne souffre pas de critique puisque le Conseil d'État l'a validé à l'occasion d'un des nombreux recours exercés contre les tarifs plafonds des Esat (arrêt du 17 juillet 2013, n° 344035, considérants nos 5, 7 et 8).

Groupes homogènes d'activité et de missions

Pour les CHRS, les tarifs plafonds correspondent à un coût de fonctionnement brut à la place autorisée et financée, déterminé annuellement. Ce coût est décomposé en un ou plusieurs groupes homogènes d'activité et de missions (GHAM) parmi une liste de 12 items. Ces derniers sont définis en cohérence avec l'enquête nationale des coûts (ENC) du secteur, encadrée par un autre arrêté qui retient quatre missions principales des CHRS : héberger, alimenter, accompagner vers l'autonomie, accueillir et orienter.

Au final, 12 tarifs plafonds sont fixés, s'échelonnant entre :

  • 8 626 € pour l'activité principale "Accueillir en diffus" (limitée à la mission "héberger") ;
  • et 20 551 € pour l'activité principale "Accompagner en regroupé" (correspondante aux quatre missions principales d'un CHRS).

Ces tarifs plafonds sont majorés de 70 % pour la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon et de 20 % pour les autres collectivités d'outre-mer.

Lorsque l'établissement relève de plusieurs GHAM, une fraction de la capacité autorisée et financée est associée à chacun d'entre eux, sans que le total des places réparties ne puisse excéder le nombre total des places autorisées et financées de l'établissement.

Calcul de la DGF

La dotation globale de financement (DGF) de ces CHRS est égale à la somme des produits obtenus pour chaque GHAM qu'ils mettent en œuvre, complétée, le cas échéant, des financements octroyés pour d'autres dispositifs, et diminués des recettes en atténuation retenues au budget.

A noter qu'une place autorisée et financée ne peut être comptabilisée dans plusieurs GHAM.

Convergence tarifaire

Quid en cas de dépassement des tarifs plafonds ? L'article 3 de l'arrêté prévoit que le CHRS, dont le coût de fonctionnement brut à la place constaté au 31 décembre 2017 dépasse le ou les tarifs plafonds dont ils relèvent, percevra pour l'exercice 2018 un financement maximal égal au financement accordé en 2017, au titre des GHAM, diminué du quart de l'écart entre ce financement et le produit du tarif plafond applicable multiplié par le nombre de places autorisés et financées qui y est associé.

L'autorité de tarification peut appliquer un taux d'effort budgétaire supérieur "afin de tenir compte notamment des tarifs moyens constatés sur son territoire et des écarts à ces moyennes pour des établissements dont l'activité est comparable". Les abattements sur les charges réalisés dans ce cadre ne peuvent toutefois pas aboutir à un coût brut à la place inférieur au tarif plafond applicable.

CHRS sous CPOM

La mise en œuvre de cette réforme est neutralisée partiellement pour tenir compte des contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens (CPOM), en fonction notamment de leur date de signature.

Ainsi, les tarifs plafonds ne sont pas applicables aux CHRS ayant conclu un CPOM (à titre facultatif) avant le 1er janvier 2017 et en cours de validité pour 2018. Ils sont, en revanche, opposables aux établissements ayant conclu un tel contrat ou un avenant à leur CPOM à partir du 1er janvier 2017 et en cours de validité pour l'année 2018, si tant est que le contrat le prévoit, comme l'autorise la réglementation depuis l'an dernier.

Source : arrêté du 2 mai 2018, JO du 10 mai.

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 166 - juillet 2018
ESSMS en milieu rural. Des acteurs du territoire
Voir le sommaire

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne
Offres d'emploi
Cette semaine 10 annonce(s)
SAUVEGARDE SEINE-SAINT-DENIS

Directeur (H/F)

GAPAS

Directeur (H/F)

UNAPEI 60

Chef de service éducatif (H/F)

Fédération des APAJH

Directeur-trice adjoint-e Pôle Enfance de l'Yonne

CONSEIL DEPARTEMENTAL DES LANDES

Son (ou sa) Directeur-trice de la Solidarité Départementale

UNAPEI

Directeur d'établissement par interim

UNAPEI

Directeur d'établissement


Voir toutes les offres
Trophée 2018 : l'essentiel

Le dépôt des candidatures est dorénavant clos. Merci à tous pour votre participation.

Le palmarès 2018 sera dévoilé lors de la cérémonie de remise des prix le 28 novembre prochain à Paris au Cercle national des armées.

Pour assister à cette cérémonie, inscrivez-vous.
________________________________________  

Le 14ème Trophée Direction[s] est organisé sous le haut patronage de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.

       

En partenariat avec  :      

Espace pratique