Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Technicien de l'intervention sociale et familiale
TISF, des professionnels au plus près des familles

06/06/2018

Les techniciens de l’intervention sociale et familiale (TISF) accompagnent des familles fragilisées par un événement, ou de manière durable, dans la gestion de leur quotidien. Mais la profession, peu connue, souffre encore d’un manque de reconnaissance.

Spécialistes du soutien à la parentalité, les techniciens (très majoritairement des techniciennes) de l’intervention sociale et familiale (TISF) aident à gérer l’ordinaire… mais aussi le plus essentiel. En partageant le ménage, les soins des enfants ou encore un pique-nique, elles soulagent des couples accueillant un nouveau-né, contribuent à renforcer ou à restaurer des liens familiaux ou encore à donner confiance à des parents en difficulté.

Des problèmes de recrutement

Les TISF interviennent essentiellement à domicile, dans le cadre des politiques publiques familiales (soutien pendant la grossesse, à la naissance, en cas de décès d’un enfant…) ou de l’aide sociale à l’enfance (ASE). « On est loin des travailleuses familiales des années 1950 ! Bien qu’elles soient aujourd’hui des travailleuses sociales, les TISF sont encore trop souvent considérées comme des aides-ménagères, y compris par quelques professionnels du secteur, regrette Gladys Bugeault, coordinatrice de la formation à l’Institut régional du travail social (IRTS) Poitou-Charentes. C’est un métier peu connu, en mal de reconnaissance. » Si bien que les employeurs (services d’aide aux familles fragiles, de l’ASE et, plus rarement, établissements sociaux) peinent à recruter. Aux dernières nouvelles – qui datent de 2008 ! – on comptait entre 7000 et 7500 TISF [1], mais les besoins seraient bien plus importants.

À noter. Les salaires s’élèvent à environ 1700 euros brut en début de carrière.

Les TISF exercent dans le cadre d’un projet d’aide construit avec la famille et en lien avec les institutions partenaires (conseil départemental, maternités…). Elles ont la particularité de conduire leur action dans la durée : une présence de quelques heures, plusieurs fois par semaine, pendant des mois, voire des années. « C’est un métier de terrain, au plus près des difficultés, qui use. Il permet de percevoir ce qui resterait sinon invisible : un frigidaire vide, un problème d’alcool, l’absence de repas de famille…, indique Olivier Herren, directeur général de l'association Adom’aide 68, à Mulhouse. Il y a de grandes responsabilités : le TISF peut être amené à faire un signalement à l’ASE, à réaliser des comptes-rendus d’observation qui seront parfois portés à la connaissance du juge des enfants. »

Au rythme des familles

Le diplôme d’État de TISF, de niveau IV (baccalauréat) s’obtient à l’issue d’une formation initiale de 18 à 24 mois. Il est également accessible par la validation des acquis de l’expérience (VAE) et en alternance. Des compétences techniques en rédaction d’écrits professionnels, en entretien de la maison ou encore en soin des nourrissons sont nécessaires. « Il faut une bonne capacité d’adaptation, ajoute Patricia Lartigue-Robert, responsable des ressources humaines à l’association Adiaf-Savarahm, à Villeurbanne. Car les publics relèvent de milieux sociaux et de cultures très différents. Et puis, on accompagne de plus en plus de parents avec des troubles psychiques, d’enfants handicapés. À nous de travailler au rythme des familles, sans penser ou faire à leur place. »

[1]« Étude sur les TISF : missions, compétences, modes d’intervention et image », cabinet Geste pour la DGCS, juin 2012

Aurélia Descamps

Point de vue

Évelyne Brunet, technicienne de l’intervention sociale et familiale de l'association Adomicile 49, à Angers

« Dans une même journée, on accompagne des publics très divers. Je peux, le matin, aider une mère seule, sans difficultés sociales particulières, à prendre soin de son bébé. Puis, encadrer une rencontre entre un enfant placé et son père, qui exerce son droit de visite ; avant d’aller soutenir, dans l’après-midi, un parent déficient intellectuel. On n’est pas toujours bien accueilli, par exemple quand on intervient sur décision du juge des enfants. Il faut alors s’apprivoiser mutuellement, gagner la confiance des parents, faire émerger leurs capacités. Pour y parvenir, j’essaie l’humour, je m’appuie sur les centres d’intérêts des personnes… Avec d’autres référents de l’association, nous organisons aussi des actions collectives : des ateliers (bricolage, cuisine…) ou des sorties (théâtre, journée à la mer…). C’est un métier passionnant. Il exige d’être solide psychologiquement : on doit sans cesse se remettre en question et certaines situations sont très violentes, mais il y a aussi de grands moments de joie. »

Publié dans le magazine Direction[s] N° 165 - juin 2018


La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires


Le Magazine

N° 199 - juillet 2021
Sexualité des usagers. Vers la fin du tabou ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APSI

DIRECTEUR H/F

Cesap

DIRECTEUR (H/F)

APAJH Sarthe Mayenne

CHEF DE SERVICE (H/F)

AAJD

DIRECTEUR GÉNÉRAL (H/F)

Association Les Papillons Blancs de l'Autunois

CHEF DE SERVICE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne