Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Structures du handicap
Prérequis d’une réforme

03/01/2013

En vue d’une refonte du mode de financement et d’une adaptation de l’offre des établissements et services du handicap, les inspections générales des Affaires sociales et des Finances ont livré leurs conclusions… très attendues.

« En cas de réforme, une réflexion préalable est nécessaire pour assurer une cohérence d’ensemble. C’est tout le système qui est à revoir », prévient la directrice déléguée à la Fédération des associations gestionnaires au service des personnes handicapées Fegapei, Marie Aboussa. Les pouvoirs publics sont donc prévenus, après la remise fin novembre du rapport des inspections générales des Affaires sociales (Igas) et des Finances (IGF). Au menu ? L’adaptation de l’offre aux besoins et les modalités d’une réforme tarifaire dans le secteur du handicap.

Un manque d’outils

« La mission recommande de privilégier une démarche de redéploiement de l’offre et de reconsidérer les objectifs de convergence […] au profit d’une péréquation en fonction des besoins [locaux] », résume le rapport. « Les financements publics consacrés au secteur s’élèvent à 16 milliards d’euros par an, rappelle Laurent Vachey (IGF). C’est un effort de solidarité nationale conséquent. Faute de réflexion sur des outils de mesure des situations et sur l’adaptation de l’offre, on risque de se donner des priorités, sans instrument sérieux pour construire la politique du handicap de demain. » Manquent ainsi à l’appel des instruments susceptibles de décrire la réalité des prestations des structures et de mesurer les besoins d’accompagnement. Dont acte, note Patrice Tripoteau, directeur général adjoint de l’Association des paralysés de France (APF), « mais la question du projet de vie ne doit pas être écartée. On ne peut se contenter de catégoriser les individus et de définir des indicateurs uniquement économiques ou fonctionnels. » Une harmonisation des pratiques  des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), ainsi qu’un meilleur échange d’informations avec les structures devront également être à l'ordre du jour.

Une question de méthode

En matière de financement, le système est également à revoir. Dans l'optique d’une réforme, les auteurs ont passé en revue neuf chantiers. Verdict ? La clé du succès relève d’abord d’une question de méthode, assure Laurent Vachey. « Dans le secteur de l’hébergement d’urgence par exemple, on a commencé par une description organisée des prestations, une étude nationale de coûts, avant d’envisager un scénario tarifaire – contrairement aux services de soins infirmiers à domicile [Ssiad], où l’administration a cherché à brûler les étapes, en mettant d’emblée sur la table un modèle d’allocation de ressources. » À noter, parmi les préconisations : l’adaptation des indicateurs médico-sociaux économiques, la fin de la distinction juridique entre maisons d’accueil spécialisées (MAS) et foyers d’accueil médicalisé (FAM) ou encore la mise en place d’une politique d’incitation à la maîtrise des frais de transports.

Gladys Lepasteur

Neuf préconisations transitoires

  • Généralisation d’un système d’échanges de données harmonisée entre les MDPH, les établissements et services médico-sociaux (ESMS) et les responsables des programmations départementales et régionales ;
  • Organisation des échanges d’éléments d’évaluation entre MDPH et ESMS;
  • Exonération d’un appel à projets en cas d’adaptation de l’offre d’un ESMS existant dans le cadre d’un contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens;
  • Redéfinition des enquêtes nationales;
  • Redéfinition de l’architecture technique des remontées des MDPH vers le niveau national, via le système d’information « SipaPH »;
  • Généralisation d’un financement en dotation globale des ESMS;
  • Amélioration du contrôle de la ressource allouée par des indicateurs homogènes;
  • Sortie d’une vision de la dépense publique par financeur et par sous-Ondam;
  • Transfert du financement intégral des FAM et des centres d'action médico-sociale précoce dans le champ de l’assurance maladie, et des établissements et services d'aide par le travail dans celui des départements.

Publié dans le magazine Direction[s] N° 104 - février 2013






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 181 - décembre 2019
15e Trophée. L'audace à l'honneur
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
UDAF de l'Yonne

CHEF DE SERVICE (H/F)

Fondation Bon Sauveur D'Alby

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

ADAPEI de l’Orne

Directeur Adjoint (H/F)

FEDERATION APAJH

Directeur CAMSP - CMPP - SAMSAH

Association Auxilia

RESPONSABLE DE FORMATION (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] s'est tenue le 27 novembre 2019. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour l'édition 2020 !

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018