Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Travailleurs handicapés
« La fin d’un système de financement ? »

21/09/2016

Les ponctions opérées sur le fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) doivent cesser, alerte le secrétaire général de l’Association des accidentés de la vie (Fnath), Arnaud de Broca.

Arnaud de Broca (Fnath)

Pourquoi cette réaction épidermique à l’annonce de la prolongation du taux de contribution dérogatoire des universités au FIPHFP ?

Arnaud de Broca. C’est la troisième fois qu’est reconduite cette mesure, annoncée comme temporaire à l’époque. En outre, le ministère de l’Éducation nationale bénéfice déjà d’une exonération depuis 2005. Au total, cela fait beaucoup pour un secteur loin d’être exemplaire en matière d’emploi des personnes handicapées ! Enfin, les 30 millions d’euros ainsi récupérés seront consacrés à la sécurisation des établissements, a indiqué la ministre : si personne n’en conteste la nécessité, rien ne justifie qu’elle se fasse au détriment des travailleurs handicapés.

C’est la goutte d’eau ?

A. B. Oui, car elle s’ajoute aux 90 millions d’euros déjà prélevés par l’État depuis 2014. Si, à l’origine, ces crédits étaient destinés au financement de contrats aidés pour les personnes handicapées, les données nous manquent pour en vérifier l’affectation. Ce fonds n’est pas extensible, d’autant que depuis plusieurs années il a fait le choix de dépenser plus qu’il ne reçoit, ce qui l’oblige déjà à puiser dans ses réserves.  

De quoi mettre en doute la volonté de l’État, dites-vous ?

A. B.  La politique du gouvernement en la matière manque de lisibilité. Il a notamment mis près de six mois pour nommer les membres du FIPHFP ! Tout comme ceux opérés sur le budget de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph), ces prélèvements à répétition posent la question des modalités de financement de ce fonds, et donc de sa survie à moyen et long termes. Résultat ? Les recettes diminuent, alors que les besoins croissent. Peut-être sommes-nous parvenus au bout d’un système de financement : peut-il continuer à ne reposer que sur la seule contribution des entreprises ? 

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 146 - octobre 2016






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 197 - mai 2021
Impact social. Au service des valeurs
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association EMPREINTES

Directeur financier (H/F)

GROUPE SOS Jeunesse

DIRECTEUR GENERAL H/F

GEDHIF

DIRECTEUR (H/F)

Le Fil d'Ariane

Psychiatre/Pédopsychiatre H/F

GIE ALLIANCE GESTION (GIE)

Gestionnaire Formation H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.