Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Santé mentale
« Un discours très sanitaro-sanitaire »

21/02/2018

Fin janvier, la ministre Agnès Buzyn a détaillé son plan d’actions en faveur de la psychiatrie et de la santé mentale. Son contenu a aussitôt suscité des craintes chez un grand nombre d’acteurs. Les explications de Jacques Marescaux, président de la Fédération Santé mentale France.

Jacques Marescaux, président de la Fédération Santé mentale France

Pourquoi ces annonces sont-elles source d’inquiétudes ?

Jacques Marescaux. Il faut d’abord saluer ce soutien officiel à la psychiatrie, infanto-juvénile en particulier, si souvent attaquée. Toutefois, la dimension transversale de la santé mentale n’a pas été prise en compte dans les orientations de la ministre, qui a eu un discours très « sanitaro-sanitaire ». C’est difficilement compréhensible, car aucune politique en la matière ne peut se faire uniquement avec la psychiatrie, qui constitue une discipline synchronique, où il faut raisonner moins en filières qu’en réseaux. Elle a besoin de travailler avec les autres acteurs de la cité : les généralistes, les professionnels des secteurs social, médico-social, de l’emploi, du logement, de l’éducation… Il est plus que jamais nécessaire de dépasser les cloisonnements induits depuis 45 ans par le cadre juridique dans lequel tous les dispositifs et leurs professionnels évoluent. Les textes règlementaires qui en découlent se traduisent trop souvent en autant de modes de financement et de tarification différents, de modalités diverses d’accès aux établissements, de formations variées des professionnels…  

Que vous inspire alors la suppression annoncée du Conseil national de santé mentale (CNSM) [1] ?

J. M. Il devrait être remplacé par un comité stratégique piloté par la ministre elle-même, a-t-elle indiqué. Pourquoi pas, mais c’est insuffisant. D’autant qu’il ne devrait se réunir qu’une fois par an. La nouvelle instance devra prévoir des groupes de travail spécifiques permettant des concertations entre les acteurs jusqu’ici partie prenante du CNSM. À ce titre, les travaux menés en son sein concernant le décret sur les parcours territoriaux de santé mentale [2] ont été une bonne illustration de ce partenariat.

Cette orientation très sanitaire pourrait-elle être aussi le fruit d’un manque de concertation ?

J. M. Agnès Buzyn n’a rencontré que les représentants des psychiatres. La concertation ne peut se limiter à cette profession. La vie et les besoins des personnes, y compris en dehors des périodes de soins, doivent être prises en compte. Comme dans les champs du handicap ou de la dépendance, les organisations sociales doivent aussi être adaptées dans celui de la santé mentale. 

[1]  Lire Direction[s] n° 148, p. 20

[2] Décret n° 2017-1200 du 27 juillet 2017

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 162 - mars 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 199 - juillet 2021
Sexualité des usagers. Vers la fin du tabou ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ACTION ENFANCE

CHEF DE SERVICE H/F - CHATEAUNEUF SUR LOIRE (45) - CDI

Association Les Papillons Blancs de l'Autunois

CHEF DE SERVICE (H/F)

PEP 71

Directeur de Pôle H/F

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Cesap

DIRECTEUR (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.