Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Aide à domicile
« La tension est forte dans les services »

19/05/2021

Dans la dernière enquête de l’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA) [1], les directeurs brossent un sombre tableau de la réalité de leurs services. Avec un impact dramatique sur les prises en charge des bénéficiaires, explique la présidente Marie-Reine Tillon.

Marie-Reine Tillon (UNA)

Comment la situation a-t-elle évolué l’an dernier ? 

Marie-Reine Tillon. Elle s’est encore aggravée, comme en témoignent 49 % des répondants. Une demande de prise en charge sur cinq n’a pu être intégralement satisfaite, un quart des services ayant même dû en refuser de nouvelles ! Or, nos adhérents n’effectuent pas des heures de confort, mais l’accompagnement médico-social de personnes fragiles bénéficiaires d'allocations (APA et PCH) ou relevant de la protection de l’enfance. Ils sont des acteurs de santé. Ces difficultés font peser une charge supplémentaire sur les aidants quand ils existent, ou accroissent le risque pour les personnes de finir à l’hôpital si la situation empire. Elles doivent pourtant pouvoir choisir leur mode de vie, avec la garantie d’être accompagnées dignement. C’est une question de citoyenneté.

Les personnels administratifs en pâtissent-ils eux aussi ?

M.-R. T. Oui, et c’est nouveau. Même s’il y avait des premiers signes l’an dernier. Ils sont placés dans des situations impossibles : ils n’ont pas opté pour ce métier pour devoir choisir entre des cas individuels dramatiques ! Tout cela rejaillit sur les équipes et la tension est forte pour les directeurs qui, malgré leurs efforts, peinent à recruter. Leurs offres d’emploi ne reçoivent souvent aucun CV ou attirent des candidats qui renoncent très vite.

L’agrément imminent de l’avenant 43 constitue-t-il une lueur d’espoir [2] ?

M.-R. T. C’est plus que cela, car, outre des augmentations de salaires, il prévoit une révision des catégories de métiers, une valorisation des parcours et des compétences… Tout cela redonne des perspectives aux salariés. Mais ce sera insuffisant pour remédier aux difficultés. Il devient urgent de travailler l’image du secteur : nous attendons le déploiement de la campagne de communication promise par le ministère.

Au-delà, la réforme du statut et du financement des services ne peut plus attendre. Il est temps d’en finir avec le flou : quel que soit son statut, si une structure choisit d’accompagner des personnes fragiles, elle doit relever du médico-social et accepter des contraintes (astreintes, qualification…). Ce choix donnant droit au soutien de la solidarité nationale, impliquant une tarification sans reste à charge extralégal. En revanche, si elle refuse ces obligations, elle ne pourrait plus accompagner les plus fragiles et assurerait les heures de confort.

Vous appelez les financeurs à prendre leurs responsabilités. En savez-vous davantage sur la participation des départements à l’avenant 43 ?

M.-R. T. Non, nous attendons toujours un retour de l’Assemblée des départements de France (ADF) à notre demande de travaux techniques. Il nous faut aussi des garanties des caisses nationales d'assurance maladie (Cnam), vieillesse (Cnav) et des allocations familiales (Cnaf). Si les gestionnaires n’obtiennent pas ces crédits, le risque est grand pour eux : ceux qui refuseront d’appliquer l’avenant pourront être condamnés aux prud’hommes ; les autres pourraient se retrouver au tribunal de grande instance (TGI), s’exposant au dépôt de bilan. Dans tous les cas, les structures en pâtiront, et avec elles des salariés sans emploi et des personnes vulnérables sans prise en charge. À la veille des départementales du mois de juin, les collectivités doivent se souvenir de leurs responsabilités vis-à-vis de ceux qui relèvent de leurs compétences et que ceux-ci, comme les personnels, sont des électeurs. D’ici là, nous interpellerons localement les exécutifs en place comme les aspirants. Une fois les nouvelles équipes installées, avec l’Union syndicale de la branche USB-Domicile, nous donnerons suite à notre campagne « Urgence domicile », lancée début 2021.

[1] Avec Opinion way. Sur www.una.fr 

[2] attendu en mai.

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 198 - juin 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 198 - juin 2021
Ressources humaines. Le digital étend sa toile
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association EMPREINTES

Directeur de Secteur (H/F)

Association Au Fil de la Vie

Directeur Général H/F

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Sauvegarde de l'Enfance Emergence

RESPONSABLE DE SERVICE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.