Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Accessibilité
Ad'AP : les retardataires bientôt à l'amende

20/05/2016

Un décret du 11 mai 2016 détaille le dispositif de contrôle et de sanction à l'encontre des propriétaires d'établissements recevant du public (ERP) ou d'installations ouvertes au public (IOP) qui n'ont pas encore déposé ou exécuté leur agenda d'accessibilité programmée (Ad'AP).

Près de 8 mois après l'échéance pour déposer un agenda d'accessibilité programmée (Ad'AP) –  le 27 septembre 2015 – , le compte n'y est pas, même si le nombre d'établissements accessibles a nettement progressé. Le gouvernement a donc estimé qu'il était temps de passer à la vitesse supérieure en instaurant le volet répressif du dispositif à destination des retardataires. Un décret du 11 mai 2016 détaille ainsi les modalités de contrôle et de sanction dans la procédure de mise œuvre des Ad'AP. Grâce à ce texte, les préfets peuvent dorénavant appliquer les amendes administratives, d'un montant allant de 1 500 € à 5 000 € (en fonction de la capacité d'accueil), prévues par l'ordonnance du 26 septembre 2014 et son décret d'application du 5 novembre 2014.

Double relance avant sanction

En principe, le propriétaire ou de l'exploitant doit adresser au préfet les documents attestant que l'immeuble était accessible au 31 décembre 2014 ou qu'il a bien déposé un agenda d'accessibilité programmée, engagé les travaux selon le calendrier prévisionnel indiqué dans l'Ad'AP et achevé le programme de travaux.

Dès lors que le préfet n'a reçu aucun Ad'AP ou aucune des attestations requises, celui-ci enjoint la personne responsable de la transmission des documents de lui adresser tout justificatif utile, dans un délai fixé à 1 mois à compter de la réception du courrier adressé en recommandé avec accusé de réception. Ces justificatifs peuvent être accompagnés, le cas échéant, de l'agenda ou de l'engagement de le déposer dans un délai maximum de 6 mois.

Si cette première relance est infructueuse (courrier du préfet non retiré, réponse tardive, justificatifs non probants ou documents de suivi de l'agenda erronés), le préfet met alors la personne en demeure de produire, dans un délai de 2 mois, tous les documents prouvant que le bâtiment ou l'installation a été rendu accessible aux personnes handicapées (attestation de mise en accessibilité ou attestation d'achèvement des travaux prévus par l'agenda).
A défaut de réponse à la mise en demeure, le propriétaire ou l'exploitant se voit appliquer la sanction pécuniaire fixée :

  • en cas de retard dans le dépôt de l'Ad'AP, à 1 500 €  pour un ERP de 5e catégorie et 5 000 € dans les autres cas ;
  •  en l'absence de transmission des documents de suivi d'exécution de l'agenda, et de l'attestation d'achèvement, à 1 500 € pour un agenda portant sur un ERP de 5e catégorie, et de 2 500 € dans les autres cas.

Amende pénale

A cette sanction administrative peut s'ajouter l'amende pénale de 1 500 € (en cas de récidive, 3 000 € pour les personnes physiques ou 15 000 € pour les personnes morales) si l'attestation d'accessibilité produite est non conforme, si l'attestation d'achèvement n'a pas été établie par une personne habilitée (contrôleur technique agréé ou architecte), ou si le propriétaire d'un ERP de 5e catégorie produit une attestation d'achèvement incomplète. Le juge peut accompagner cette peine d'une obligation d'affichage et de diffusion de la décision.

Constat de carence en cas de non-respect de l'Ad'AP

En cas de défaillance dans la mise en œuvre de l'Ad'AP, le préfet qui a validé l'agenda peut engager une procédure de constat de carence dans les cas suivants :

  • en l'absence de tout commencement d'exécution de l'agenda ;
  • en cas de retard important dans l'exécution des engagements pris pour la ou les périodes échues de l'Ad'AP ;
  • en cas de non-respect des engagements de travaux au terme de l'échéancier de programmation de ces travaux.

Ce constat est notifié, en recommandé avec accusé de réception, au propriétaire ou exploitant qui peut alors présenter ses observations dans un délai de 3 mois afin de se justifier.

La sanction pécuniaire administrative encourue à l'issue de la procédure de carence peut être comprise entre 5 % et 20 % du montant des travaux restant à réaliser, sous réserve de plafonnements particuliers liés à la capacité d'autofinancement, au revenu fiscal de référence ou aux dépenses d'investissement. Elle ne peut toutefois pas dépasser le montant de l'amende pénale encourue au titre du non-respect des règles d'accessibilité (v. ci-dessus), multipliée par le nombre d'ERP non rendus accessibles programmés dans l'Ad'AP.

Source : décret du 11 mai 2016 (n° 2016-578), JO du 13 mai

Bruno Pérot






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 179 - octobre 2019
Convergence tarifaire. Se donner les moyens
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
L'INITIATIVE

DIRECTEUR DE FOYERS DE JEUNES TRAVAILLEURS

VAL de MARNE Le département

Responsable polyvalence/insertion H/F

GROUPE SOS SOLIDARITES

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT H/F

Citoyens & Justice

Directeur Général (H/F)

CODASE

Directeur Adjoint


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] se tiendra le 27 novembre, aux Salons Hoche, à Paris.
Pour y assister, inscrivez-vous ici.

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018

Prix des Lecteurs 2019

Votez pour votre initiative préférée parmi les nominés du 15ème Trophée Direction[s].

L’initiative qui recevra le plus grand nombre de suffrages se verra attribuer le Prix des lecteurs 2019.

Espace pratique