Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Loi Vieillissement
Au 1er juillet, le cumul des fonctions de MJPM sous différents statuts sera limité

25/01/2017

Un décret encadre, à compter du 1er juillet 2017, l'activité des mandataires judiciaires à la protection des majeurs (MJPM) exercée sous différents statuts (exercice à titre individuel, en qualité de préposé d'établissement d'hébergement social ou médico-social ou en qualité de délégué d'un service mandataire).

A compter du 1er juillet 2017, le cumul de plusieurs modes d'exercice de l'activité de mandataire judiciaire à la protection des majeurs (MJPM) sera limité. Ce, dans le respect des règles fixées par un décret publié fin décembre, pris en application de l'article 33 de la loi Vieillissement.

La nouvelle réglementation a été accueillie froidement par la Fédération nationale des associations tutélaires (FNAT) qui alerte "sur les difficultés de sa mise en pratique" et "se réserve le droit d’exercer tout recours devant les juridictions compétentes" contre ce décret.

Deux hypothèses de cumul 

Dans le détail, la réglementation applicable au 1er juillet n'autorisera le cumul des modes d'exercice des fonctions de MJPM que dans ces deux situations :

  • la personne physique MJPM exerce ses fonctions, d'une part, à titre individuel et, d'autre part, soit en qualité de délégué d'un service mandataire, soit en qualité de préposé d'établissement d'hébergement pour personnes âgées ou pour personnes handicapées majeures ;
  • la personne physique MJPM exerce ses fonctions à la fois en qualité de délégué d’un service mandataire et en qualité de préposé d’établissement.

Dans chacune de ces hypothèses de double activité, le MJPM sera tenu de respecter diverses obligations tenant notamment à l'information de ses employeurs.

Etre à la fois délégué et préposé

Dans la seconde hypothèse précitée, le mandataire devra :

  • travailler à temps partiel pour chacune de ses activités exercées en tant que délégué et préposé ;
  • et avoir informé chacun de ses employeurs de ce cumul d'activités.

Troisième condition à remplir : le temps de travail cumulé des deux activités ne devra pas excéder un temps complet de travail.

Exercer à titre individuel et en qualité de délégué ou préposé

Dans la première hypothèse, le décret impose diverses contraintes, cumulatives, selon le statut en cause.

Au titre de l'exercice en qualité de délégué d'un service mandataire ou de préposé d'établissement, le MJPM devra ainsi satisfaire à ces conditions :

  • travailler à temps partiel ;
  • informer son employeur de sa demande d'agrément en qualité de mandataire individuel – suivant une procédure par ailleurs réformée par le même décret et un autre décret concomitant – et lui communiquer la copie de la décision de cet agrément dès sa notification.

Au titre de son activité exercée à titre individuel, le MJPM devra en outre :

  • mettre en place et utiliser, ou s'engager à mettre en place au moment de sa candidature en vue de son agrément, des moyens distincts de ceux dont il se sert dans le cadre de son activité salariée, étant visés de manière non exhaustive les moyens "informatiques et de communication" ;
  • mettre en place, ou s'engager à mettre en place au moment de sa candidature en vue de son agrément, des moyens permettant, au regard de l'activité de son travail salarié ou d'agent public, d'assurer une continuité de la prise en charge ou de l'accompagnement des personnes dont le juge lui a confié la protection juridique.

Par ailleurs, toujours pour ce mode d'exercice, le nombre de mesures de protection que le mandataire prendra en charge devra être inférieur ou égal à un plafond fixé par le décret en fonction du temps de travail salarié ou d'agent public.

Désignation des préposés

Par cohérence, le contenu de la déclaration que les établissements sociaux ou médico-sociaux doivent adresser au préfet de département préalablement à la désignation d'un préposé est enrichi. Cette déclaration devra notamment mentionner, en cas de cumul d'activités, le temps d'activité ou le nombre et la nature des mesures exercées et, le cas échéant, les agréments obtenus.

Droit d'opposition du préfet

Notons enfin que le préfet de département pourra faire opposition à la désignation d’un MJPM en qualité de préposé d’établissement si les conditions de cumul ne sont pas satisfaites.

    Source : décret du 27 décembre 2016 (n° 2016-1896), JO du 29 déc.

    Sybilline Chassat-Philippe






    Ajouter un commentaire
    La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
    Envoyer cette actualité par email :
    Email de l'expéditeur (vous)*

    Email du destinataire *

    Sujet*

    Commentaire :

    * Champs obligatoires

    Le Magazine

    N° 200 - septembre 2021
    Équipes de direction. Responsables jusqu'où ?
    Voir le sommaire

    Formation Direction[s]
    Offres d'emploi
    Les 5 dernières annonces publiées
    Association Les Apsyades

    Directeur administratif et financier (h/f)

    Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

    CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

    CDSEA 91

    Directeur H/F

    VAL de MARNE Le département

    Inspecteur de l'enfance H/F

    SIAO 67

    Directeur H/F


    Voir toutes les offres
    Agenda
    27 et 28 septembre 2021, à Paris et à distance

    Congrès national des âges et du vieillissement

    27 et 28 septembre 2021 à Paris

    Les Esat, producteurs d'inclusion

    28 au 30 septembre 2021, à Paris ou à distance

    La participation : une voie vers l'inclusion?

    28 septembre 2021, à Nantes

    L’âgisme en Ehpad : comment y faire face ?

    30 septembre 2021, à Toulouse

    La qualité de vie au travail des directeurs.trices de l’économie sociale et solidaire


    Voir tous les évènements
    Trophée Direction[s] : l'essentiel

    Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

     Voir le palmarès 2019 

    Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

    Sous les hauts patronages de :
    Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
    Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
    Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.