Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Ateliers et chantiers d’insertion
Les accords collectifs des ACI doivent être agréés pour s’appliquer aux CHRS

02/07/2013

Le Conseil d’Etat vient d’annuler l’arrêté d’extension d’accords conclus dans le champ des ateliers et chantiers d’insertion (ACI), en raison de l’absence d’agrément préalable. Une condition indispensable à leur application dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), possibles gestionnaires d’ACI.

L’extension des accords du 21 janvier 2009 et du 21 janvier 2010, portant respectivement sur la typologie des « emplois repères » et sur les classifications et rémunérations dans les ateliers et chantiers d’insertion (ACI), vient d’être annulée par le Conseil d’Etat dans un arrêt du 19 juin 2013. Ce en raison de leur absence d’agrément préalable.

Si les accords conclus dans le champ des ACI n’ont pas besoin d’être agréés pour être étendus, les hauts magistrats ont en l’espèce considéré qu’ils auraient dû l’être, en raison de leur possible application dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS). Ceux-ci entrent en effet dans la catégorie des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS), dont les accords doivent, pour être étendus, obtenir préalablement l’agrément du ministre.

Les CHRS, dont l’activité principale est la gestion d’ACI, sont principalement touchés par cette solution. Alors qu’ils pouvaient jusqu’à maintenant se voir appliquer les accords conclus dans le champ des ACI, ils devraient, à l’avenir, dépendre des accords de la branche de l’action sociale et médico-sociale. Selon Charles-Hervé Moreau, président du Synesi, cet impact est cependant à relativiser en raison de la « marginalité des CHRS portant des ACI à titre principal ».

A noter : contrairement à ce que soutenait l’Unifed, à l’origine du recours pour excès de pouvoir, les juges ont estimé que les champs d’application des accords collectifs des ACI et du secteur sanitaire, social et médico-social ne se recoupaient pas. Confirmant ainsi sa décision du 23 juillet 2010. Le Conseil d’Etat avait alors rejeté le recours en annulation de l’Unifed contre l’arrêté d’extension de l’accord du 27 avril 2007, définissant le champ du secteur des accords ACI. Et repoussé, par là même, l’argument du chevauchement conventionnel.

Source : arrêt du Conseil d'Etat du 19 juin 2013, n° 348763

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 198 - juin 2021
Ressources humaines. Le digital étend sa toile
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association Au Fil de la Vie

Directeur Général H/F

ADSEA 01

CHEF DE SERVICE (H/F)

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Département de Haute-Loire

Responsable Action sociale Insertion H/F

GCSMAS Envol

DIRECTEUR DE POLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.