Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Campagnes budgétaires PA-PH et PJJ
Un contexte « exigeant »

20/05/2015

Pour les structures accompagnant les personnes âgées (PA) et handicapées (PH), comme pour celles du secteur habilité par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), l’année 2015 sera morose. Rigueur oblige, les gestionnaires ont toujours peu de marges de manœuvre.

Sabine Fourcade et Catherine Sultan, respectivement à la tête de la DGCS et de la DPJJ

Quelques jours avant celles du fonds d’intervention régionale (FIR) [1], les orientations budgétaires 2015 des établissements et services médico-sociaux pour personnes âgées et handicapées ont été publiées. Ce, après une concertation inédite avec les fédérations. Pour autant, sans surprise, 2015 s’annonce compliquée, avec un taux de reconduction des moyens verrouillé à +0, 6 %. Seule la masse salariale est revalorisée : + 0,75 %, voire +1,4 % pour le secteur privé grâce aux baisses de charges induites par le Pacte de responsabilité, calcule la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS). « Les gestionnaires devront être vigilants sur ces estimations, prévient Adeline Leberche, directrice du social et du médico-social à la fédération employeurs Fehap. À eux d’effectuer un chiffrage précis sur la base de leurs effectifs en vue de leur dialogue de gestion. »

Quelques opportunités

Du côté du secteur du handicap, les créations de places sont à l’honneur (plans pluriannuels et Autisme, Schéma handicaps rares…). Pour cela, les agences régionales de santé (ARS) sont notamment invitées à lancer rapidement des appels à projets ou à autoriser des extensions peu importantes. Afin de répondre aux besoins d’accompagnement des cas complexes, autre enjeu de l’année, elles pourront également mobiliser des crédits non reconductibles (CNR).

Parmi les priorités du champ des personnes âgées ? Le déploiement du plan Maladies neurodégénératives, la continuation des travaux tarifaires pour les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) ou encore la préparation de l’expérimentation sur les services polyvalents de soins et d'aide à domicile (Spasad). Pour les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), la poursuite de convergence jusqu’en 2016 sera une fois encore le prix à payer pour le renforcement de la médicalisation. « Les moyens restent toutefois insuffisants pour financer les Ehpad à la hauteur des dotations plafonds, ce qui devrait pourtant être une évidence notamment en regard des efforts attendus en matière de qualité », déplore Marie-Hélène Angelloz-Nicoud, présidente de la conférence nationale des directeurs CNDEPAH. Par ailleurs, 10 millions d’euros sont alloués à la réouverture maîtrisée du tarif global, en priorité pour les structures en tarif partiel dotées d’une pharmacie à usage intérieur (PUI).

Cure d’austérité à la PJJ

La morosité est également d’actualité du côté des structures associatives habilitées (SAH) de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Les 22,5 millions d’euros prévus doivent notamment permettre d’absorber le glissement vieillesse technicité (GVT) – +1 % – et de financer le régime de complémentaire santé, opposable à l'autorité. Mais pas plus. Les autres charges doivent rester « globalement stables », souligne l’administration. Qui place les taux d’occupation sous surveillance : les suractivités ne seront plus prises en charge, sauf autorisation préalable des directions interrégionales qui, en parallèle, veilleront à « ne pas laisser perdurer des situations de sous-activité » compte tenu des « incidences sur les coûts unitaires ».

Faire mieux avec moins

Du côté des centres éducatifs fermés (CEF), les dépenses de personnel sont calculées sur la base de 26,5 équivalents temps plein (ETP). « Ces établissements disposaient, avant 2012, de 27 ETP pour un taux d’occupation de 80 %, rappelle Audrey Pallez, responsable du pôle Justice des mineurs à la convention nationale Cnape. L’objectif d’activité porté cette année à 85 % ne tient pas compte de la réalité de fonctionnement des centres et pourrait les mettre en difficulté par une pression accrue pour accueillir plus de mineurs. » 

Circulaire n° DGCS/SD5C/DSS/CNSA/2015/137 du 23 avril 2015

Circulaire n° JUSF1510700C du 27 avril 2015

[1] Circulaire n° SG/2015/152 du 28 avril 2015

Justine Canonne et Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 132 - juin 2015






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 186 - mai 2020
Spécial crise sanitaire
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Les Papillons Blancs - ImPro Le Roitelet

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

APHL

DIRECTEUR ADJOINT H/F

ATD QUART MONDE

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE (H/F)

EHPAD RESIDENCE LA MERIDIENNE

CADRE DE SANTE (H/F)

ASSOCIATION KAHMA

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès de la cérémonie du 27 novembre 2019

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec :