Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Opérateurs de compétences
« C’est une question de cohérence »

21/11/2018

À quel opérateur de compétences (Opco) sera rattachée la branche de l’aide à domicile (BAD) ? Quelques semaines avant le dépôt des demandes d’agrément, fin décembre, Guillaume Quercy, président de l’Union de l’aide et des soins UNA, plaide pour celui de la Santé.

Guillaume Quercy, président de l’UNA

Pourquoi ce choix ?

Guillaume Quercy. En ne prévoyant pas la réunion de tout le secteur dans un même Opco, le rapport Marx-Bagorsky [1] nous a placés devant un choix cornélien. Notre décision est le fruit d’une réflexion stratégique de long terme. « Ma santé 2022 », Stratégie nationale de santé… Les projets d’organisation et de planification actuels vont tous dans le sens du décloisonnement (entre établissements et services, sanitaire et médico-social…). En outre, tout le monde reconnaît que le domicile doit en être la pierre angulaire. Relever ces défis dans les cinq à dix ans nécessite une maison commune pour les établissements et services qui, sur les territoires, s’hybrident déjà en faveur de l’intérêt général. Ces derniers ont d’ailleurs compris qu’ils ne pourraient seuls préparer le « modèle d’après ». Nous réunir dans un Opco Santé, au sens de l’OMS, est le plus cohérent en termes d’offres, de politiques publiques, de transformation des territoires et de parcours professionnels. Enfin, l’aide à domicile, pourtant essentielle, est depuis trop longtemps méprisée – il n’y a qu’à voir l’impasse dans laquelle elle se trouve ! Y remédier ne sera possible qu’en étant présent là où les décisions se prennent.

Vos collègues de la BAD ont, quantà eux, choisi l’Opco Cohésion sociale. Une possible incidence sur la branche ?

G. Q. J’entends leurs arguments. Mais une telle option de court terme nous demanderait ensuite une énergie folle pour dépasser les cloisonnements. Rappelons qu'après la parution du rapport, nous les avons sollicités, en vain, pour continuer à défendre un Opco Santé, Cohésion sociale et Autonomie qui reste de loin la meilleure solution ! Nous sommes certes face à des divergences stratégiques, tactiques et politiques, mais ce n’est pas une crise de la BAD. Assumer des désaccords sans remettre en cause notre volonté de travailler ensemble est un signe de maturité.

Quels sont les scénarios possibles ?

G. Q. Pour l’heure, les décisions relèvent du paritarisme de branche – notons d’ailleurs que les syndicats sont aussi divisés. Ensuite, l’État tranchera entre ces deux Opco, dont la coexistence est une aberration. D’ici là, chacun tentera de convaincre de la pertinence de sa solution. Le temps presse. Avec les représentants des établissements [2], nous avons donc écrit au ministère pour dire combien la situation était intenable et défendre notre position. Quelle que soit l’option retenue, nous y trouverons tous notre place et nous mettrons au travail.

[1] « Les opérateurs de compétences : transformer la formation professionnelle pour répondre aux enjeux de compétences », rapport à la ministre du travail, août 2018

[2] Fehap, FHP, Nexem, Croix-Rouge française, Synerpa et Unicancer.

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 170 - décembre 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APAJH Alpes de Haute Provence

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)

ARI

Directeur Adjoint pour le pôle Enfants/ Adolescents H/F

IRTS Ile de France Montrouge - Neuilly- sur- Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.