Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Services tutélaires
Quel diplôme demain ?

18/08/2021

Après la pause estivale, c’est à la rentrée qu’est prévue la reprise des réflexions du groupe de travail interministériel visant à faire évoluer le statut des mandataires judiciaires à la protection des majeurs (MJPM) [1]. Début juillet, la dernière réunion a été l’occasion pour l’administration de faire le point sur les propositions avancées, quelques jours après le départ de la magistrate Anne Caron-Deglise, personnalité qualifiée, regrettant « les choix de méthode qui traduisent une conception de la concertation [qu’elle] ne partage pas », ont relayé des acteurs [2]. « Nous étions dans un format inédit, avec près de 80 participants associés, alternant le présentiel et distanciel en raison de la crise…, raconte le président de la Fédération nationale des associations tutélaires (Fnat), Ange Finistrosa. Les échanges, qui ont porté sur des sujets de fond, ont naturellement pâti de ces contraintes. »

Licence 3 ou master 1 ?

Des débats souvent animés sur la définition de la profession et de ses missions, sur l’éthique, le signalement des événements indésirables graves, le contrôle… Mais aussi sur la future commission nationale, rattachée au Haut Conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge (HCFEA), destinée à éclairer l’État dans son pilotage et à concourir à l’organisation de la profession. Mais c’est sans doute la question de la formation qui a suscité certaines des réactions les plus épidermiques. L’enjeu ? Le choix du diplôme national voué à remplacer l’actuel certificat national de compétences. Les pouvoirs ont tranché en faveur de la licence 3 (L3), rapportent les participants. « Une régression des niveaux de qualification, des compétences attendues, et donc de la qualité du suivi et de la gestion des mesures », ont aussitôt contesté des fédérations qui militent pour un master 1 (M1), rappelant que 95 % des MJPM ont déjà au minimum un bac +3. « La L3 constitue une avancée fondamentale, rétorque Ange Finistrosa. Elle est d’abord un vrai diplôme, et non un simple grade comme le M1, et elle permet de créer une véritable filière universitaire pour ce secteur. » 

[1] Lire Direction[s] n° 192, p. 11

[2] L’Association nationale des délégués et personnels des services de MJPM (ANDP), la Fédération nationale des MJPM indépendants (FNMJI) et la chambre nationale CNMJPM. 

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 200 - septembre 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 202 - novembre 2021
Violences faites aux femmes. Protéger encore
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

Association Emmaüs Le Puy

DIRECTEUR (H/F)

ARILE

Chef de service H/F CDI (AGORA)


Voir toutes les offres
Agenda
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.