Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Formation des directeurs et cadres

Dossier spécial 2018

22/05/2017 -  Que vous soyez directeur ou cadre, que vous fassiez vos premiers pas dans votre fonction ou que vous soyez un professionnel aguerri, la formation continue est un passage incontournable pour prendre vos marques, du galon ou rester en phase avec les évolutions de votre secteur. Face à vos besoins, une offre pléthorique existe, de durée, de contenu et de niveau de qualification différents. Autant de raisons de vous proposer ce dossier spécial afin de vous aider à vous orienter. Au menu ? Une édition actualisée et enrichie qui, sans prétendre à l’exhaustivité, vous aidera à faire les bons choix.

SOMMAIRE DU DOSSIER :

  • Formation, l'embarras du choix
  • Le Cafdes, la qualification de référence
  • D3S, passage requis pour piloter un établissement public
  • Des professionnels sur les bancs des facs et des grandes écoles
  • Le Deis, pour articuler recherche et animation de dispositifs
  • Le Caferuis, un cursus pour les cadres intermédiaires
  • Des séminaires pour actualiser ses compétences

Formation des directeurs et cadres
Le Caferuis, un cursus pour les cadres intermédiaires

05/05/2021

Maillon essentiel au bon fonctionnement des établissements et des services, les cadres intermédiaires et chefs de service disposent d'un diplôme professionnel spécifique.

De niveau II, le certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (Caferuis) reconnaît les compétences des cadres intermédiaires et des chefs de service. Leurs missions ? Animer et encadrer une équipe, soutenir les actions engagées auprès des usagers et piloter l’action du service dans le respect du projet d’établissement. À la jonction de la direction et des équipes, ils doivent faire preuve de qualités comme l’autonomie, la responsabilité et l’esprit d’initiative. En outre, ils jouent un rôle particulier dans la communication interne de la structure. Pour accéder à la formation, les candidats doivent justifier, au choix :

  • d’un diplôme de travail social de niveau III (assistant de service social, éducateur spécialisé...) ;
  • d’un diplôme homologué ou inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) de niveau II ;
  • d’un diplôme sanctionnant deux ans d’études supérieures assorti d’une expérience professionnelle de trois ans dans le secteur, dont six mois dans une fonction d’encadrement ;
  • d’un diplôme d’auxiliaire médical de niveau III (infirmier, ergothérapeute, psychomotricien...) et de deux ans d’expérience professionnelle ;
  • d’un diplôme de niveau IV (technicien d’intervention sociale et familiale – TISF, moniteur éducateur…) et de quatre ans d’expérience dans un service social et médico-social.

Dans tous les cas, les candidats doivent passer les sélections organisées par chaque établissement de formation.

À noter. Le Caferuis figure parmi les diplômes exigés pour présenter le concours de conseiller socioéducatif dans la fonction publique territoriale [1].

Quatre unités de formation

Le cursus est organisé sur une amplitude maximale de 24 mois. Les enseignements théoriques durent 400 heures, durée qui peut être réduite selon les qualifications et l’expérience professionnelle du candidat. Ils comportent quatre unités de formation :

  • conception et conduite de projets (90 heures) ;
  • expertise technique (150 heures) ;
  • management d’équipe (100 heures) ;
  • gestion administrative et financière (60 heures).

Elles sont composées d’une vingtaine de modules spécifiques, depuis la démarche de projet jusqu’à l’analyse des pratiques, en passant par l’organisation politique et administrative de l’intervention sociale, la logique juridique de l’intervention, ou encore l’organisation et la planification.

La formation pratique (420 heures, avec une possibilité d’allégement de 210 heures) s’effectue sous forme d’un stage auprès d’un professionnel exerçant des fonctions d’encadrement dans une structure, obligatoirement sans lien avec l’employeur du candidat. Quatre épreuves valident la certification. Le postulant soutient notamment un mémoire relatif à la conception et à la conduite de projet, qui clôture la formation.

Accessible par la VAE

Le diplôme est accessible par la validation des acquis de l’expérience (VAE) aux personnes qui justifient de l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole en rapport direct avec le diplôme, durant trois ans à temps plein. Le livret I de recevabilité est à retirer auprès de l’Agence de services et paiement.

Son coût moyen diffère selon les instituts et la durée du cursus. Pour un parcours long, il s’élève à environ 6 000-7 000 euros, mais il peut grimper jusqu’à 9 500 euros. Le Caferuis peut être financé par l’employeur du candidat via le plan de formation, par les commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR) via le compte personnel de formation (CPF) de transition professionnelle, ou en autofinancement. Les demandeurs d’emploi peuvent quant à eux solliciter Pôle Emploi ou le conseil régional.

Vers un tassement de la demande

Avec 475 stagiaires en 2019 contre 621 deux ans auparavant (source Opco santé), la demande connaît un net tassement. Preuve que « la qualification correspondait à un besoin du moment », dans la perspective du renouvellement des générations de cadres, comme le notait dès 2015 l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du secteur [1]. Au risque d’une surconsommation du diplôme, avec des lauréats ne pouvant concrétiser leur projet d’évolution de carrière. D’autant que l’échelon ne résiste pas toujours à la recomposition des organigrammes : en 2017, l’enquête emploi relevait une diminution de 27 % des postes de cadres ou chefs de service éducatifs, du soin ou de l’insertion [2]. Autre élément d’explication : la disparition du congé individuel de formation (CIF), fréquemment utilisé par les éducateurs en situation d’usure professionnelle pour préparer un Caferuis. Après la reconnaissance au niveau II des diplômes de travailleurs sociaux, la réingénierie devient urgente, estime Manuel Pélissié, président de la Commission professionnelle consultative (CPC) Cohésion sociale et santé : « Les diplômes d’encadrement doivent être repositionnés sans tarder, au risque de perdre en valeur et en attractivité », craint-il. (C. D.)

[1] Se former au Caferuis, entre stratégies associatives et trajectoires professionnelles, L’Observatoire et Unifaf, mai 2015

[2] Enquête emploi 2017, à télécharger sur enquête-emploi.unifaf.fr

[1] Décret n° 2013-489 du 10 juin 2013

Manuel Jardinaud avec Justine Canonne

En savoir plus

Caferuis. Préparation complète  pour réussir sa formation, Gilles Astruc, Maxime Delaloy, éd. Vuibert, 2018

Tout-en-un 2020-2021, Caferuis, Jacques Papay, éd. Dunod, 2019






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF/FE DE SERVICE MECS LES TOURELLES H/F

CDSEA 91

Directeur H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.