Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Protection judiciaire de la jeunesse
Optimisation des moyens pour la campagne budgétaire 2015

03/06/2015

Les services déconcentrés de la protection judiciaire de la jeunesse ont reçu leurs instructions relatives au financement des établissements et services du secteur associatif habilité pour l’année 2015. En l’absence d’évolution des dépenses hors personnel, les moyens devront être optimisés.

« Stabilité de l’ensemble des charges », « maîtrise des dépenses de fonctionnement », « stricte tenue des enveloppes budgétaires » : les lignes directrices de la campagne budgétaire 2015 des établissements et services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) sont claires. L’heure est aux mesures d’économie et à l’optimisation des moyens.

225,4 millions d’euros de crédits seront cette année alloués au secteur associatif habilité (SAH) pour permettre, notamment, d’ « absorber les effets de l’évolution spontanée des coûts de personnel » (augmentation du « glissement vieillesse technicité » (GVT) de 1 %). Les dépenses de gestion courante et les charges des structures devront cependant rester « globalement stables » en raison d’un taux d’inflation « quasi nul ».

Concernant les dépenses de personnel, la circulaire se penche sur une nouvelle source de frais, à savoir l’instauration d’un régime national de complémentaire santé, applicable « dès à présent pour les tarifs 2015 ». Et précise que le financement de cette mesure devra reposer sur les « économies dégagées par les exonérations de cotisations sociales de l’employeur, dans le cadre du pacte de responsabilité ».

La direction de la PJJ indique par ailleurs qu’elle ne financera plus les suractivités des structures du SAH, si ces dernières ne résultent pas d’une autorisation préalable des directions interrégionales, et demande à ses services d’être « particulièrement vigilants » à ces situations. La « sous activité chronique » devra également faire l’objet d’attention.

Enfin, la circulaire revient sur des cas particuliers de tarification, tels que celle des centres éducatifs fermés (CEF), soumis depuis 2013 à une dotation globale de financement. La question de l’utilisation des indicateurs comme critère de tarification est notamment abordée : « la démarche ne consiste pas à sanctionner de façon discrétionnaire et systématique un établissement dont les résultats de ces indicateurs paraîtraient au premier abord « anormaux » mais d’interroger l’établissement sur le caractère justifié ou non de sa demande », explique ainsi la DPJJ.

Ces indicateurs, précise l’administration, ne pourront être utilisés en 2015 pour justifier des abattements aux dotations accordés aux établissements.

Source : circulaire du 27 avril 2015

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 199 - juillet 2021
Sexualité des usagers. Vers la fin du tabou ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ACTION ENFANCE

CHEF DE SERVICE H/F - CHATEAUNEUF SUR LOIRE (45) - CDI

Association Les Papillons Blancs de l'Autunois

CHEF DE SERVICE (H/F)

PEP 71

Directeur de Pôle H/F

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Cesap

DIRECTEUR (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.