Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Protection judiciaire de la jeunesse
Contrôle des établissements de la PJJ : mode d'emploi

07/07/2017

Une note du ministère de la Justice précise les modalités du contrôle auquel sont notamment soumis les établissements et services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Au menu : maîtrise des risques, contrôles de l'activité normale et des dysfonctionnements ou incidents, suites des contrôles.

Le garde des Sceaux, dans une note datée du 6 juin, s'attache notamment à décrire le contrôle exercé au sein des directions interrégionales (DIR) de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) qui porte sur la maîtrise des risques, la gestion et le contrôle financier mais aussi sur l'activité et les dysfonctionnements des établissements et services. Sont concernées tant les structures du secteur public (SP) que celles du secteur associatif habilité (SAH). Tour d'horizon.

Contrôle de fonctionnement ou thématique

L'annexe 2 de la note explicite les modalités de réalisation des contrôles de fonctionnement ou thématiques. Le premier est présenté avant tout comme un "outil d'amélioration continue de la qualité car il permet, à partir des constats établis sur l’analyse des éléments objectivés, de vérifier la mise en oeuvre des référentiels de la [PJJ], dans le cadre du périmètre précisé par la lettre d’annonce de la mission".

Le contrôle dit "thématique" porte quant à lui sur "un objet commun à un ensemble d'établissements ou de services", par exemple la mise en œuvre d'une mesure ou d'une orientation.

La DIR est responsable de la programmation et de la conduite de ces contrôles. Elle détermine, avec ordre de priorité, la liste des établissements, services et directions territoriales (DT) devant en faire l'objet.

Contrôle sur incident ou dysfonctionnement

Ce type de contrôle, détaillé en annexe 4 de la note, consiste en un "examen méthodique et objectif (...) des modalités de travail, des procédures et des pratiques associées, afin d’identifier le ou les problèmes rencontrés". Il s'inscrit dans une "logique curative".

Dans le respect d'une procédure contradictoire, ce contrôle peut comprendre une visite de l'établissement ou du service et des entretiens. Les documents à consulter sur place seront sélectionnés en fonction de l'incident et du dysfonctionnement.

Les suites qui y sont données sont variables : injonctions, mesures administratives et/ou pénales (fermeture provisoire ou définitive de la structure, procédure disciplinaire ou poursuite pénale).

Rapport, plan d'actions et suivi

Un rapport de contrôle est transmis aux magistrats du ressort et au préfet, compte tenu notamment de sa compétence en matière d'autorisation, de transformation, de fermeture et d'habilitation ainsi que de son pouvoir d'injonction. Une lettre d'instruction sera adressée au directeur territorial. A charge pour lui de définir avec le directeur de l'établissement (SP et SAH) ou du service contrôlé et le responsable des politiques institutionnelles un plan d'actions dont il rendra compte régulièrement au DIR et au conseil départemental. Un rapport d'exécution devra ensuite être rédigé.

Source : note du 6 juin 2017, BO Justice du 30 juin.

Véronique de La Touanne






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 186 - mai 2020
Spécial crise sanitaire
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Les Papillons Blancs - ImPro Le Roitelet

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

EHPAD RESIDENCE LA MERIDIENNE

CADRE DE SANTE (H/F)

APHL

DIRECTEUR ADJOINT H/F

ATD QUART MONDE

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE (H/F)

Les Papillons Blancs en Champagne

DIRECTEUR DU POLE TRAVAIL ET INSERTION PROFESSIONNELLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès de la cérémonie du 27 novembre 2019

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec :