Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Stratégie Pauvreté
Vers un État-providence refondé

19/09/2018

Mi-septembre, la Stratégie de lutte contre la pauvreté a été détaillée par Emmanuel Macron. Outre une priorité assumée en direction des enfants et des jeunes, elle mise d’abord sur le retour à l'emploi.

« Revoir notre modèle social qui, s’il la corrige un peu, ne permet pas suffisamment d’éradiquer la pauvreté. » C’est en ces termes que le chef de l’État a enfin dévoilé le 13 septembre la Stratégie de lutte contre la pauvreté : 21 mesures, mises en œuvre d’ici à 2022 grâce à une enveloppe de 8,5 milliards d’euros… « Dont une part significative correspond en réalité à un simple redéploiement de budget », note l’association ATD Quart Monde. Un engagement important, salue de son côté le Collectif Alerte, mais « qui reste insuffisant pour corriger les effets néfastes de certaines politiques antérieures ».  

Sans surprise, l’accent est d’abord mis sur la prévention au bénéfice des enfants, et de leurs droits fondamentaux. Des maraudes spécialisées dans la protection de l’enfance seront notamment mobilisées pour « aller vers » les familles à la rue et l’offre de logement et d’hébergement adaptée. Autre public ciblé ? Les jeunes, pour lesquels l’obligation de formation sera étendue jusqu’à 18 ans. La Garantie jeunes sera par ailleurs étendue au bénéfice de 500000 d’entre eux. Enfin, un engagement contractualisé avec les départements visera à empêcher les sorties sèches de l’aide sociale à l’enfance (ASE).

L’État reprend la main

Décidé à « inventer le modèle social du XXIe siècle », Emmanuel Macron a également dessiné les contours d’un futur service public de l’insertion « porteur d’une ambition inédite d’accompagnement de tous les allocataires des minima sociaux ». « L’État sera responsable, fixera l’ambition, sera garant de l’universalité et donc de la clarté du financement », a-t-il promis. Première brique ? La création de la Garantie d’activité, combinant accompagnements social renforcé et insertion pour 300000 bénéficiaires du RSA par an. « C’est un changement important, reconnaît François Soulage, président du collectif Alerte. Mais attention à ce que ce retour au "tout emploi" n’élude la question des ressources financières : pour être acteurs de leurs parcours, les gens ont aussi besoin d’argent pour vivre. »

L’IAE à la rescousse

Pour les plus éloignés du marché du travail, l’insertion par l’activité économique (IAE) sera mise à contribution, via un investissement exceptionnel pour l’accueil de 100000 salariés supplémentaires. « Les structures auront besoin de moyens pour cela, prévient Luis Semedo, délégué général de Chantier école. Reste à voir si les 450 millions d’euros promis seront au rendez-vous et selon quelle programmation… » Dernier engagement pris : lun chantier de fusion des minima sociaux en vue d’un « revenu universel d’activité ». « C’est la clé pour faire reculer le non-recours, veut croire François Soulage. Sous réserve toutefois de ne pas définir des critères orientés à la baisse et de ne pas le faire à budget constant. » Premiers éléments de réponse au sein des concertations prévues l’an prochain, avant un projet de loi dit d’émancipation sociale en 2020.

Gladys Lepasteur

La Stratégie pauvreté, c’est aussi d’ici à 2022 :

  • un référentiel sur l’hébergement des familles avec enfants ;
  • la prévention renforcée des expulsions, dans le cadre du plan Logement d’abord ;
  • des appels à projets et des financements complémentaires pour la prévention spécialisée notamment, afin de remobiliser les jeunes en risque d’exclusion ;
  • 1200 places supplémentaires en appartements de coordination thérapeutique (ACT) et 1450 places de lits d'accueil médicalisés (LAM) et d’halte soins santé (LHSS)  ;
  • l’essaimage d’expérimentations comme Territoires zéro chômeur de longue durée, Travail alternatif payé à la journée (Tapaj)…
  • des solutions d’accompagnement vers l’emploi de tous les jeunes.

Publié dans le magazine Direction[s] N° 168 - octobre 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 179 - octobre 2019
Convergence tarifaire. Se donner les moyens
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
L'INITIATIVE

DIRECTEUR DE FOYERS DE JEUNES TRAVAILLEURS

VAL de MARNE Le département

Responsable polyvalence/insertion H/F

GROUPE SOS SOLIDARITES

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT H/F

Citoyens & Justice

Directeur Général (H/F)

CODASE

Directeur Adjoint


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] se tiendra le 27 novembre, aux Salons Hoche, à Paris.
Pour y assister, inscrivez-vous ici.

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018

Prix des Lecteurs 2019

Votez pour votre initiative préférée parmi les nominés du 15ème Trophée Direction[s].

L’initiative qui recevra le plus grand nombre de suffrages se verra attribuer le Prix des lecteurs 2019.

Espace pratique